TRAITEMENT DES EAUX DE CHANTIER

Logo Ecoplast

Gestion des eaux de chantier

La mise en place de mesures de protection des eaux est nécessaire pour limiter les dommages aux eaux superficielles et souterraines, ainsi qu'aux infrastructures publiques (collecteurs, stations de relevage, stations d'épuration).

Selon la norme SIA 431 et la directive cantonale DCPE 872, les principes de traitement et d'évacuation des eaux, y compris la sécurisation des liquides polluants, s'appliquent à tous les chantiers du bâtiment et du génie civil. Ils doivent être intégrés à chaque projet, de sa conception à sa réalisation.

Gros œuvre

Pendant les phases de démolition, de terrassement, de travaux spéciaux et de construction, les eaux de lavage des installations ainsi que les eaux de lessivage (pluies) de l'emprise du chantier sont généralement chargées de matières en suspension.

Celles qui sont en contact avec du ciment, du mortier et du béton frais ou concassé, deviennent alcalines (pH supérieur à 9). Elles contiennent également des substances dissoutes (adjuvants) et des métaux toxiques en concentrations variables.

De plus, l'exploitation de véhicules, machines et engins de chantier peut provoquer une pollution des eaux par des hydrocarbures.

Avant tout déversement, ces eaux polluées doivent être traitées par décantation, séparation des hydrocarbures et neutralisation (pH idéal = 7,5).

Les eaux de lessivage récoltées lors d'intempéries doivent être évacuées, après traitement, dans un collecteur d'eaux claires afin de ne pas surcharger inutilement les stations d'épuration (STEP).

Il est impératif que le maître de l'ouvrage et sa direction des travaux prennent en charge et organisent le traitement automatique, ainsi que l'évacuation de ces eaux polluées, et ce dès le début des travaux.

Selon la qualité des eaux à évacuer, les infrastructures disponibles et la sensibilité du milieu récepteur naturel, un traitement supplémentaire par floculation/décantation ou filtration est indispensable, afin de respecter les valeurs limites de l'ordonnance sur la protection des eaux (OEaux).

Autorisation de déversement ou autocontrôle (gros œuvre)

Depuis 2006, l'entreprise établie dans le Canton de Vaud qui met systématiquement en œuvre un concept de gestion des eaux de chantier déposé à la direction générale de l'environnement (DGE) et qui a démontré son savoir faire en matière de protection des eaux est au bénéfice d'une autorisation cantonale de déversement. La liste des entreprises bénéficiant de cette autorisation est disponible sur le site internet de la DGE.

Second œuvre

Les eaux usées produites par les différents corps de métier du second œuvre proviennent principalement du nettoyage des installations, des récipients et des ustensiles.

Chaque produit contenant du solvant doit être intégralement récupéré et éliminé comme déchet spécial dans un centre preneur autorisé.

Pour les produits à l'eau (hydrosolubles) la qualité des eaux polluées dépend de la composition des produits utilisés (impérativement sans solvant), notamment dans les activités de plâtrerie, de peinture, d'étanchéité, de revêtement de sols et de carrelage.

Les eaux de nettoyage sont principalement polluées par des substances dissoutes (micropolluants, matières organiques, etc.) et des matières en suspension/dispersion. Elles peuvent être gérées de manière centralisée (traitement des eaux mis à disposition via la direction des travaux (DT) pour toutes les entreprises concernées du second œuvre) ou individuellement par chaque entreprise, en fonction du degré d'écotoxicité. A ce sujet, il est impératif de se référer aux indications de la fiche de données de sécurité du produit (FDS), disponible auprès du fournisseur.

Post traitement

Les liquides polluants (huiles diverses et adjuvants pour béton) doivent être entreposés à l'abri des intempéries, au-dessus d'un bac de rétention étanche (Ecoplast par exemple) d'une profondeur de 10 cm (pour le stockage de récipients inférieurs à 450 l) ou apte à recueillir au minimum le volume du plus grand contenant (pour le stockage de conteneurs cadres).

Les zones "S" sont des portions de territoire délimitées afin d'assurer la protection des captages d'intérêt public, qui alimentent les communes en eau de boisson.

Une autorisation préalable de la DGE est requise pour tout chantier projeté en zones "S". Des mesures particulières sont applicables aux travaux qui y sont exécutés, notamment en ce qui concerne le stockage des liquides polluants et l'évacuation des eaux polluées. L'infiltration des eaux de chantier y est interdite.

Chaque entreprise vaudoise du second œuvre qui exploite une installation de traitement de ses eaux polluées par floculation/filtration peut obtenir une déclaration de conformité de la direction générale de l'environnement (DGE) pour une durée de cinq ans (renouvelable). Après contrôle des locaux d'exploitation de l'entreprise et analyse des eaux traitées, la déclaration de conformité implique la récupération des eaux polluées produites par l'entreprise sur ses chantiers pour être traitées dans ses locaux.

Après traitement par floculation/filtration (sur le chantier ou en atelier) ces eaux doivent être évacuées dans un collecteur d'eaux usées raccordé à une station d'épuration (Carrofiltre© - Filtre à plâtre).

Prétraitement des eaux de chantier - Carrofloc©

Depuis 1997, la norme SIA 431 impose le traitement des eaux usées de chantier. Il en va ainsi des eaux de lavage des bétonnières qui, après une décantation primaire, doivent être traitées avant leur rejet dans les canalisations d' eaux usées ou d' eaux claires.
Afin de satisfaire à ces directives, Canplast a développé le Carrofloc©. Cet appareil de traitement par floculation ajouté à un traitement par CO2 est économique, mobile et peu encombrant.

Le Carrofloc© répond aux exigences de L'ASPEE dans le cas de rejet dans les eaux usées ou eaux claires, et est conforme aux exigences de la directive DCPE 872.

Description

Le Carrofloc© se compose d'un bac supérieur d'une capacité d'environ 600 litres, d'un agitateur, d'un robinet de vidange, d'un sac filtrant et d'une sortie d'évacuation.
Il est équipé d'un kit CO2 complet comprenant fixation pour une bouteille de gaz de 30 kg, un détendeur et un flexible 6 mm.
Il est réalisé entièrement en polyéthylène haute densité ce qui, outre son faible poids, assure une excellente résistance à la corrosion et aux chocs.

Son fonctionnement simple demande un minimum de main d'œuvre.

Dimensions: Ø 1'200 mm - Hauteur: 1'750 mm - Poids: env. 190 kg

Temps de traitement: Env. 15 min. par cycle de 600 litres.

1. Remplir le bac supérieur avec de l'eau à traiter jusqu'au niveau indiqué (env. 600 litres par cycle)
2. Mettre une dose de floculant en poudre dans le bac (100 gr. pour 100 lt) et enclencher l'agitateur
3. Lorsque les flocs sont formés, ouvrir le détendeur de la bonbonne de gaz à 1,5 bar et laisser le CO2 agir pendant env. 4-5 minutes
4. Une fois le pH désiré atteint (contrôle au moyen du papier de détection), ouvrir le robinet de vidange situé sous le bac, laissant ainsi l'eau passer par le sac filtrant
5. Évacuer l'eau traitée aux eaux claires ou usées
6. Procéder au remplacement du sac dès que celui-ci est plein.

 

Résultats d'analyses effectuées sur chantier

Traitement avec floculation et gaz CO2

éléments
unité
Avant traitement
Après traitement
Chantier N° 1
Matières en suspension
Mg/l
179 3.3
pH
12.1
7.2
Chantier N° 2
Matières en suspension
Mg/l
1386
15
pH
11.9
7.0

 

Prix de vente du Carrofloc©: Fr. 5’480.- HT (TVA et bouteille de gaz non comprise)

Notre prix comprend :

  • Livraison franco chantier
  • Test et mise en service du Carrofloc©
  • Instruction et formation de la personne responsable de l’utilisation du Carrofloc©
  • Contrôle et vérification périodique du bon fonctionnement du Carrofloc© pendant la durée de son utilisation

Frais de consommation pour 1 m3 d'eau à traiter env. Frs 4.20

Commande de bouteille de gaz CO2: Carbagas Lausanne (Tél: (+41) 021 621 11 36) : bouteille type 40 litres « CO2 technique »

Prétraitement des eaux de chantier - Carrogaz©

Depuis 1997, la norme SIA 431 impose le traitement des eaux usées de chantier. Il en va ainsi des eaux de lavage des bétonnières qui, après une décantation primaire, doivent être traitées avant leur rejet dans les canalisations d'eaux usées ou d'eaux claires. Afin de satisfaire à ces directives Canplast a développé le Carrogaz©. Cet appareil de traitement régule par émission de gaz CO2 le PH de l'eau à traiter. Le Carrogaz© répond aux exigences de L'ASPEE dans le cas de rejet dans les eaux usées ou eaux claires.

Description

Le Carrogaz© a une capacité de traitement d'env. 1'500 litres.

Il est équipé d'un kit CO2 complet comprenant une fixation pour une bouteille de gaz de 40 kg, un détendeur, un flexible 6 mm, une sortie avec vanne manuelle pour l'eau traitée et une sortie inférieure pour l'élimination des résidus éventuels.

Il est entièrement réalisé en polyéthylène haute densité ce qui, outre son faible poids, assure une excellente résistance à la corrosion et aux chocs. Son fonctionnement est très simple et demande un minimum de main d'œuvre.

Dimensions: Ø 1'500 mm, hauteur 1'200 mm, poids approximatif: 190 kg

Temps de traitement: Env. 30-40 min. par cycle de 1'500 litres.

1. Remplir le Carrogaz© avec de l'eau à traiter jusqu'au niveau indiqué. (env. 1'500 litres/cycle)

2. Ouvrir le détendeur de la bonbonne de gaz à 1,5 bar et laisser le CO2 agir pendant env. 30-40 minutes.

3. Une fois le pH désiré atteint (contrôle au moyen du papier de détection), ouvrir le robinet de vidange N° 1 situé au bas du bac, laissant ainsi l'eau s'écouler gravitairement par infiltration ou directement dans le réseau existant.

 

Prix de vente du Carrogaz©: Fr. 5’640.- HT (TVA et bouteille de gaz non comprise)

Notre prix comprend:

  • Livraison franco chantier
  • Test et mise en service du Carrogaz©
  • Instruction et formation de la personne responsable de l’utilisation du Carrogaz©

Commande de bouteille de gaz CO2: Carbagas Lausanne (Tél: (+41) 021 621 11 36): bouteille type 40 litres « CO2 technique »

HAUT